naar top
Menu
Logo Print

FAUT-IL DIRE ADIEU A LA PORTED'ENTREE CLASSIQUE?

PORTES EXTERIEURES EN ALUMINIUM EN PLEINE EVOLUTION

Les grandes portes sont une tendance de l’architecture moderne. Bien entendu, il doit être un choix responsable en termes d’exigences PEBLa menuiserie évolue lentement. Le châssis oscillo-battant, par exemple, a mis environ 50 ans pour devenir 'courant'. Cette dernière décennie, les choses se sont accélérées. Mais la situation ne devient-elle pas schizophrénique? L'accélération a débuté lorsque nous avons pris conscience qu'il faut économiser l'énergie.
L'aspect 'schizophrénique' de la situation est que nous avons du mal à abandonner les traditions et que nous n'abordons pas sans préjugés ce nouveau mode d'habitat. Dans nos régions, la porte d'entrée de la maison est une tradition bien enracinée. Elle doit s'ouvrir vers l'intérieur. La transition entre le revêtement intérieur et le seuil ne doit comporter aucun obstacle, comme si nous nettoyions encore tous les jours le couloir et raclions encore l'eau sale vers l'extérieur. A l'extérieur, il peut tout au plus y avoir un tirant. Et nous voulons nous protéger des regards des passants. Tout cela est-il encore possible? La réponse est 'non'. Peut-être faut-il apporter quelques nuances?

EXIGENCES PLUS STRICTES

D'abord, la réglementation technique est plus stricte. Des normes énergétiques imposent des exigences en termes de performances thermiques et d'étanchéité à l'air. Il doit être possible de le prouver selon les normes CE. La protection contre l'effraction n'est pas obligatoire mais elle est encouragée (réduction des primes d'assurance, avantages fiscaux, …).
Par ailleurs, les portes sont de plus en plus grandes. Dans l'architecture moderne aux lignes pures, la porte d'entrée est souvent intégrée dans la façade dans son ensemble. Souvent, la porte d'entrée va du sol au plafond. Alors qu'autrefois elle mesurait généralement 2,20 m de haut, elle atteint aujourd'hui 2,40 m voire 3 m.

ETANCHEITE A L'AIR

Profilé d'étanchéité mobile

Nous avons déjà parcouru un long chemin. Le profilé d'étanchéité mobile est désormais couramment désigné par le terme de 'kaltefeind'. Pourtant, d'un point de vue strictement technique, il reste une solution de secours. Un joint d'étanchéité doit être circulaire et ininterrompu dans le même plan. Ce n'est pas le cas du profilé d'étanchéité. Un élément de menuiserie contemporain doit atteindre une classe d'étanchéité 4 pour être acceptable. Une performance difficile, même avec un profilé d'étanchéité de qualité.
Cependant, une première remarque s'impose ici. Nous venons d'une situation où le dessous du vantail de la porte était plat. Pour réduire le courant d'air, un joint-brosse a d'abord été utilisé. L'état actuel de la technique est un joint en caoutchouc large comprimé contre le sol lorsque la porte se ferme. Une réelle évolution, mais un point plus faible en termes de chaleur et d'étanchéité.

Joint d'étanchéité circulaire

file://fileserver/Magbeelden/MVSBE/MVSBE0187/A14/130911BDS0002.jpgLa seule alternative, ou presque, est un joint d'étanchéité circulaire. Par définition, un profilé de butée doit donc être présent en bas. La solution la plus simple est une porte s'ouvrant vers l'extérieur.
Comme le seuil est plus bas, la butée ne forme pas un obstacle sur le sol intérieur. Toutefois, hormis dans les bâtiments publics où elle est souvent obligatoire pour des raisons de sécurité incendie, cette configuration n'est pas un choix évident. Pas même pour une porte arrière. Tout au moins, pas chez nous, alors qu'à 100 km au nord, cette solution est courante. Les personnes qui peuvent et veulent l'appliquer n'en retireront que des avantages. L'étanchéité est garantie sur tout le pourtour et peut être obtenue simplement. Bien entendu, les garnitures doivent être protégées contre l'effraction. Des charnières spéciales pour une mise en œuvre à un endroit visible ou des charnières encastrées invisibles sont des choix judicieux.

Ouverture vers l'intérieur avec butée

Nous préférons donc une porte qui s'ouvre vers l'intérieur, avec une butée. Un profilé doit alors inévitablement être posé sur le sol. Par analogie avec les profilés d'encadrement en aluminium des châssis et des portes, des profilés de seuil bas avec coupure thermique ont été mis au point. Moyennant une pose soigneusement étudiée et un raccord correct au cadre de la porte, les exigences relatives à l'étanchéité et à la coupure thermique sont remplies. Les profilés de seuil sont suffisamment bas pour ne pas être gênants. Toutefois, le client final doit accepter que la transition entre l'intérieur et l'extérieur soit interrompue.

Evitez les ponts thermiquesEviter les ponts thermiques

Du point de vue thermique aussi, nous pouvons et devons améliorer considérablement nos performances antérieures. Il est indéniable que les profilés de porte et l'encadrement ont évolué. Coupures thermiques de plus en plus grandes, pièces de remplissage isolantes, isolation thermique, … tout cela est présent sur les profilés de porte.
La grande épaisseur des meilleurs profilés thermiques rend la porte plus 'massive', ce qui n'est pas un inconvénient puisque nous voulons une porte solide. Si nous revenons quelques instants à la porte classique, nous nous souvenons que la situation était catastrophique au niveau du sol, tout au moins selon les normes actuelles. En effet, nous pouvons difficilement affirmer qu'un sol carrelé se poursuivant jusqu'au seuil en pierre naturelle offre une isolation thermique. Même pour la porte d'entrée ultra-classique, sans seuil, cette situation peut être améliorée. Nous pouvons trouver sur le marché des profilés en matière plastique, à encastrer dans le sol, sous la porte. Il est ainsi au moins possible de réaliser une coupure thermique entre l'intérieur et l'extérieur.

Coupure thermique et étanchéité à l'air

La meilleure solution est un profilé de base en matière plastique sur lequel le profilé de seuil en aluminium est posé. Un seul geste permet ainsi de réaliser un bond en avant en termes à la fois d'isolation thermique et d'étanchéité.

VALEUR D'ISOLATION

Une âme pleine ne suffit plus

Pendant des années, il a suffi de monter un panneau très modeste dans le vantail de la porte. L'âme de ce panneau pouvait être une plaque de contreplaqué, une plaque isolante ou une combinaison. Pour répondre aux nouvelles normes, une âme pleine ne suffit plus. Les plaques isolantes doivent être de plus en plus épaisses. Ce n'est pas un problème en soi pour les portes: la place disponible permet de poser un panneau isolant. La valeur isolante du panneau est utilisée afin d'améliorer la valeur Uw de l'élément de porte dans son ensemble.

Déformation

Les panneaux de porte qui se déforment sont un problème bien connu. Dans le cas des panneaux possédant une âme en bois, la cause de ce problème est l'humidité d'équilibre du bois. Les tensions qui surviennent dans un panneau après la mise en œuvre ne sont compensées qu'en partie par le reste de la porte. Si un panneau subit une grande déformation, il n'y a rien à faire.

Attention aux températures de surface élevées

Un bon conseil dans ce domaine est d'être attentif à l'exposition éventuelle à un réchauffement. Une porte laquée noire, orientée plein sud, sans aucune ombre projetée par le bâtiment, est le pire scénario possible. Des températures de surface de 80 °C, ou plus, ne sont pas inconcevables. L'après-midi, il devient alors impossible soit d'ouvrir la porte, car elle est coincée dans les points d'ancrage, soit de la fermer car la quincaillerie ne peut plus couvrir la distance jusqu'au point d'ancrage. Les portes de couleur foncée doivent donc être orientées différemment ou protégées du soleil estival par un auvent. Les profilés de porte peuvent eux aussi être exposés à l'effet bimétallique, en particulier lorsqu'ils sont longs. Dans les encadrements et vantaux de porte, l'effet est contré de diverses manières. Des isolants spéciaux sont placés entre la coque intérieure et la coque extérieure afin de compenser dans une certaine mesure la différence de dilatation. Des méthodes de mise en œuvre spéciales sont également utilisées, avec le même résultat.

Panneaux de porte couvrants

file://fileserver/Magbeelden/MVSBE/MVSBE0187/A14/130828BDS0004.jpgLes panneaux de porte couvrants sont une tendance qui s'impose peu à peu. La feuille avant du panneau de la porte possède les mêmes dimensions que le vantail. De l'extérieur, seul le panneau, enchâssé dans l'encadrement, est donc visible. Le profilé du vantail de la porte est recouvert à l'avant par le bord large du panneau. La face arrière peut aussi être couvrante, bien que ce soit moins habituel. L'aspect obtenu est esthétique et le panneau de la porte est parfaitement mis en valeur. La face avant du panneau est collée à la face avant du profilé du vantail.
Le risque de tensions thermiques est encore plus grand dans ce cas. Citons quelques facteurs qui y contribuent: la surface exposée est plus grande (y compris par rapport au côté plus froid qui se trouve dans le profilé du vantail), les bords du panneau ne sont pas protégés du soleil et le panneau n'est pas inséré dans un encadrement plein du vantail. En raison de ces problèmes, ce type de porte doit être mis en œuvre avec une attention particulière. Certains fournisseurs de système ont trouvé une solution sous la forme d'un panneau extérieur 'flottant'.

PROTECTION CONTRE L'EFFRACTION

Une porte avant moderne protège un minimum contre l'effraction. Cela paraît évident, mais si vous regardez autour de vous dans la rue, vous constaterez pas mal de négligence dans ce domaine: barillets trop saillants, platines de serrure dévissables, points d'ancrage simples. Ce point reste donc à surveiller.

Eviter la déformation

En plus d'adapter le modèle et la couleur en fonction de l'orientation de la porte, il est possible de prendre quelques mesures dès la production afin de prévenir la déformation de la porte. Ainsi, des bandes souples peuvent être intégrées dans les profilés et il est préférable de prévoir des serrures qui autorisent un jeu et font en sorte que les portes puissent toujours être fermées à clé.

CONCLUSION

Faut-il dire adieu à la porte d'entrée classique? Un seuil est-il toujours nécessaire? Les exigences thermiques actuelles sont strictes et ne s'assoupliront probablement pas, au contraire. D'autre part, la norme passive est soumise à une sorte d'excentricité. Certains éléments peuvent être (relativement) 'moins bons' à condition qu'ils soient compensés par des éléments possédant des performances supérieures aux exigences. En outre, la porte d'entrée n'est qu'un élément relativement petit dans l'ensemble de la menuiserie. Si un test d'infiltrométrie est réalisé, un élément positif inattendu se dégage même. La maison est pressurisée au moyen d'un infiltromètre, un appareil placé dans l'embrasure de porte afin de pressuriser la maison à l'aide d'un ventilateur et de mesurer les fuites d'air. L'infiltromètre peut être placé dans n'importe quelle embrasure de porte.